Complétez le texte ci-dessous. Respectez la ponctuation, les majuscules des noms propres, en début de phrase, les traits d'union pour les mots composés, les accords (féminin, pluriel). Choisissez le bon niveau de zoom pour aligner correctement le texte sur le carroyage de la page.

La Réunion, une colonie esclavagiste au XIXème siècle.

Sous la Révolution, les colons des , françaises, vivent du changement, la du chaos, la de l'abolition de l'esclavage (votée en 1794, par ). A la Réunion, les sans-culottes, , s'opposent aux du parti de l'Ordre. La société coloniale reste esclavagiste. Un des rares abolitionnistes, le père , est exilé. A l'île de France, les expulsent les agents du Directoire venus faire appliquer la loi. Ils les accusent de , menacent de proclamer , de livrer les îles aux . Ils redoutent une révolte , le , la économique... L'abolition les priverait de . Les refusent que les Noirs soient leurs égaux.


Le de l'esclavage (1802), de mauvaises récoltes de , l'indépendance d' (1804) incitent la Réunion à produire du . Les défrichent et construisent des dizaines de . Les exploitent esclaves (1834). Or, en Europe et en métropole, progresse. L'île résiste aux idées . Si la est abolie en 1815, un trafic perdure. Les obtiennent l'élection de colons, Blancs et , au Conseil général. Hormis leur chef, Robinet de , la plupart sont esclavagistes. A Paris, Louis Timagène publie les (1844). Le poète rejoint l'abolitionniste Schoelcher. La envoie Sarda abolir définitivement l'esclavage à la Réunion, le . Pour remplacer les affranchis, la colonie adopte .

verifier reponse   recommencer   enregistrer